Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 07:19

un dimanche un peu néant m'a rappelé ce poême bien hugolien....que je vous offre ce jour....."car le plus lourd fardeau c'est d'exister sans vivre...."

100_0929.JPG

 

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent

Victor Hugo

 

 

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont
Ceux dont un dessein ferme emplit l'âme et le front.
Ceux qui d'un haut destin gravissent l'âpre cime.
Ceux qui marchent pensifs, épris d'un but sublime.
Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour.
C'est le prophète saint prosterné devant l'arche,
C'est le travailleur, pâtre, ouvrier, patriarche.
Ceux dont le coeur est bon, ceux dont les jours sont pleins.
Ceux-là vivent, Seigneur ! les autres, je les plains.
Car de son vague ennui le néant les enivre,
Car le plus lourd fardeau, c'est d'exister sans vivre.
Inutiles, épars, ils traînent ici-bas
Le sombre accablement d'être en ne pensant pas.
Ils s'appellent vulgus, plebs, la tourbe, la foule.
Ils sont ce qui murmure, applaudit, siffle, coule,
Bat des mains, foule aux pieds, bâille, dit oui, dit non,
N'a jamais de figure et n'a jamais de nom ;
Troupeau qui va, revient, juge, absout, délibère,
Détruit, prêt à Marat comme prêt à Tibère,
Foule triste, joyeuse, habits dorés, bras nus,
Pêle-mêle, et poussée aux gouffres inconnus.
Ils sont les passants froids sans but, sans noeud, sans âge ;
Le bas du genre humain qui s'écroule en nuage ;
Ceux qu'on ne connaît pas, ceux qu'on ne compte pas,
Ceux qui perdent les mots, les volontés, les pas.
L'ombre obscure autour d'eux se prolonge et recule ;
Ils n'ont du plein midi qu'un lointain crépuscule,
Car, jetant au hasard les cris, les voix, le bruit,
Ils errent près du bord sinistre de la nuit.

Quoi ! ne point aimer ! suivre une morne carrière
Sans un songe en avant, sans un deuil en arrière,
Quoi ! marcher devant soi sans savoir où l'on va,
Rire de Jupiter sans croire à Jéhova,
Regarder sans respect l'astre, la fleur, la femme,
Toujours vouloir le corps, ne jamais chercher l'âme,
Pour de vains résultats faire de vains efforts,
N'attendre rien d'en haut ! ciel ! oublier les morts !
Oh non, je ne suis point de ceux-là ! grands, prospères,
Fiers, puissants, ou cachés dans d'immondes repaires,
Je les fuis, et je crains leurs sentiers détestés ;
Et j'aimerais mieux être, ô fourmis des cités,
Tourbe, foule, hommes faux, coeurs morts, races déchues,
Un arbre dans les bois qu'une âme en vos cohues !

 

norge-023.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by mamazerty - dans poésies et proses
commenter cet article

commentaires

gilbertilo 24/09/2012 17:57


Je sens derrière ces derniers mots un certain agacement pour ne pas dire plus.Il n'y avait chez moi aucune animosité.Je soulignais simplement la facilité avec laquelle tout le monde acquièce aux
vers de Victor Hugo sans se demander si ces mots décapants ne les concernaient pas.En toute modestie,je pense que nous sommes des multitudes à vivre sans vraiment exister,mais il n'est guère
facile de le reconnaître.Bon ceci dit chère madame votre blog est interréssant à bien des égards.Mais que diable laissez la paranoia de côté,rien ne vaut une bonne explication et à froid si
possible.Je vous souhaite une agréable soirée.


Gilbertilo.

mamazerty 24/09/2012 18:09



ah voila enfin quelque chose de clair (pour moi)..Je fais un net blocage aux mots qui ne dévoilent aps le fond du fond...autrement dit j'avoue une flemme telle que si on n'appelle aps un chat un
chat je refuse de chercher à comprendre...parano....??????no....?????


à cette remarque je dis OUI en effet et je fais parfois, un peu, souvent, beaucoup(cocher la mention utile), partie des gens qui en fin d e journée se demandent c e qu'ils ont fait des 12
dernières heures, c'était mon cas ce jour là, et c'est un peu pour moi que j'ai choisi ce poême , pas vraiment à ma gloire , non, non, mais comme un coup de pied dans le.....


en tout cas merci pour ce re-com....


signé:miss Pas Rano



gilbertilo 24/09/2012 17:31


J'aurais aimé une forme plus expressive.Bien sûr il faut prendre un peu de recul pour mieux se regarder,encore faut-il le vouloir,se révéler n'est pas chose aisée.


Merci quand même ,une réponse est une réponse fût'-elle laconique.

mamazerty 24/09/2012 17:44



parfois en effet derrière la glace sans tain il n'y a rien


tain-tain


et devant pas beaucoup plus



gilbertilo 22/09/2012 20:46


Qui se voit dans ce miroir?

mamazerty 24/09/2012 09:02



question d e fond....



écureuil bleu 14/09/2012 20:00


Je ne connaissais ni ce poème de Victor Hugo ni ces belles statues. Bisous

mamazerty 15/09/2012 15:13



statues du parc de Vigeland, à Oslo^^


un fort poême de l'homme de convictions que fut Hugo....bisous Brigitte



Miss Mary 11/09/2012 10:41


Bonjour Mamazerty, merci d'être venue voir la réponse que je te faisais pour "la signature des photos" j'espère que mes simples explications, t'aideront dans cette tâche ? Je revois avec
plaisir ce bel article et ces belles statues..... BOn mardi, bisous à bientôt.    "Miss Mary"

mamazerty 11/09/2012 12:17



oui j'ai essayé avec Paint et çà me va très bien,merci beaucoup Mary, les e xplications étaient claires et gentiment données



Présentation

  • : expression créative
  • expression créative
  • : la retraite, çà pète, me disait un de mes neveux...depuis, mes voyages photos,balades,art de tous les jours expressions du quotidien,scrap collages,livres alteres,cuisine réflexions,aromathérapie bien être, et vous aminautes pour emplir mes jours heureux^^
  • Contact

Profil

  • mamazerty
  • imaginative
curieuse
ouverte
à la retraite
dynamique
revendicative
  • imaginative curieuse ouverte à la retraite dynamique revendicative

xte Libre

 

 

 

COMPTEUR   DE   VISITEURS  à compter du 7/5/2012 à 14H:

 

 

Outils Services Compteurs Générateurs Codes-sources... gratuits pour vos sites

 

 

 

Recherche

Texte Libre

Archives